Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Eden-Esperance

Désolée pour le dérangement, ce blog est en refonte complète, Que Dieu vous Bénisse

Publié le par Momoth
Publié dans : #témoignages

Mon enfance

 

 

Je m’appelle Abdel Kader, ma grand-mère habitait un bidonville d’Algérie à Annaba. Elle avait déjà 7 garçons et s’attendait à ce que Dieu lui donne une fille. Alors, des personnes très religieuses lui conseillèrent d’offrir un coq blanc et un coq noir en sacrifice le jour de l’Aid El Kébir. C’était en 1928. Apportant ses deux coqs au marabout du village, celui-ci les sacrifia après avoir Prié et demandé la bénédiction de son Dieu afin que ma grand-mère ait une fille.

 

 

Un an après naquit une fille Zohra Djamila, qui devint ma mère. Par ce sacrifice sanglant, sans le savoir, le marabout et ma grand-mère  mirent ma famille et sa descendance en contact direct avec les esprits maléfiques… auteurs de biens des malheurs.

 

 

Il faut dire que ce piège mortel s’est refermé sur des milliers de mes compatriotes maghrébins, d’où mon témoignage pour vous épargner ces malheurs et vous expliquer comment en sortir.

 

 

 

De 10 à 30 ans, ma mère travailla durement chez des patrons, puis elle finit par fonder une famille à Annaba. Je fus son premier enfant qu’elle nomma Kader. A la naissance de ma sœur, son mari l’abandonna.

 

 

Ses parents et leur culture la poussèrent à se remarier avec un homme de 20 ans plus âgé. Mais ne pouvant pas dire non, 2 enfants naquirent de cet homme qui émigra en France avec sa famille afin de sortir de la misère. Ils achetèrent  une maison  un taudis, et mon beau père travailla comme manœuvre. Hélas au premier jour, il trouva la mort écrasé par un train à l’estaque.

 

 

 

Ma mère, alors enceinte de deux mois dut vendre sa cabane et loua un petit deux pièces. A cette époque il n’y avait ni allocs ni avantages sociaux, aussi, on passait des journées entières sans manger… ma mère ramassantce qu’elle pouvait après les marchés.

 

 

 

Par bonheur, elle épousa un homme qui gagnait bien sa vie … hélas, il buvait et la battait souvent car il voyait le mal partout !

 

Pire : la violence était partout, à la maison et dans la rue. A 10 ans, étant parti chez une tante, à mon retour, je fus battu par ma mère presque jusqu’à la mort… Son grand amour pour moi s’était transformé en cruauté créant en moi une immense tristesse.

 

 

 

Misère, beaucoup de larmes et quelques joies ont  bercé ma jeunesse et celle de ma famille.

 

 

 

Mon grand père qui avait immigré, nous inculquait la religion musulmane. Depuis, je garde un vif souvenir de ma circoncision, des Ramadans et de l’Aid-El-Kébir avec le sacrifice du mouton qui, je l’avoue m’écoeurait beaucoup.

 

 

 

A cette époque, je n’avais aucune compréhension d’un autre sacrifice : celui que Dieu à vraiment accepté il y a deux mille ans.Pourtant ce sacrifice est encore plus important que l’Aid… nous verrons pourquoi.

 

 

L’influence du monde des esprits maléfiques.

 

 

 

Même si notre spirituel était très limitée, il était clair que notre famille était atteinte de malédictions multiples.

 

 

 

Les esprits maléfiques ne nous avaient pas abandonné quand on quitta l’Algérie : chaque année, au jour anniversaire du sacrifice de ma grand-mère en 1928, ma mère faisait des crises d’épilepsie. Mes frères et sœurs voyaient bien l’emprise de plus en plus forte sur notre mère.

 

Cet évènement annuel prouvait que la crise était d’origine spirituelle car ces esprits la mettaient dans des états d’angoisse, d’oppression, d’épilepsie, d’instabilité, de chute morale, de colère brusque, d’endurcissement, de peur, mais aussi d’incapacité de croire vraiment en Dieu. Pour calmer ses crises, des femmes du quartier priaient et marquaient son front avec du sang afin qu’elle retrouve son calme. Ensuite elle allait à Sidi Hamaîda, un lieu « saint » de la ville d’annaba en Algérie pour offrir un même sacrifice. Ainsi, les esprits étaient satisfaits.

 

 

 

Moi-même malade, j’ai dû porter le El-Zze: un talisman avec des écritues à l’intérieur placé par le marabout. Je rappelle que c’est une pratique interdite constituant un vrai piège, je te donne la guérison mais ton âme m’appartient.

 

 

 

Toute désobéissance et infidélité à Dieu entraînent de graves conséquences d’ordre physique, spirituelle ou morale. Le Livre très saint que je lirai plus tard dit que ce que l’on sacrifie, est sacrifié à des démons et non à Dieu.

 

 

Dans ce même Livre, il est écrit :

 

 

Qu’on ne trouve chez toi personne qui fasse passer son fils ou sa fille par le feu (en sacrifice), personne qui pratique la divination, incantation,astrologie, magie, qui interroge les morts. Car quiconque se livre à ces pratiques est en horreur à Dieu.

 

              Ayant pratiqué ces choses, nous avons constaté une malédiction généralisée sur   notre  famille

Entre autre, un de mes frères a été assassiné en 1980. son crâne fut fracassé par un fusil à canon scié. Il décéda à 19 ans lors d’une bagarre à Carry-le-Rouet près de Marseille.

 

 

 

A l’époque, on n’avait pas compris que ces décès étaient liés au monde spirituel, et personne ne nous expliquait comment obtenir l’aide et la protection divine.

Nous ne savions pas que Dieu pouvait nous aider sans avoir à consulter un marabout et sans faire de sacrifice. Un prophète à dit : mon peuple est détruit parce qu’il lui manque la connaissance.

 

 

 

A 52 ans, ma mère décède dans d’atroces souffrances suite à un cancer généralisé, laissant alors dix enfants…

 

Suivant la coutume arabe, nous l’avons veillée puis placée dans un cercueil. Mais comme j’étais le fils aîné de 11 enfants, des femmes m’ont placé là ou maman à été allongée, avant sa mise en cercueil, elles ont prié puis j’ai senti un transfert de mauvais esprits qui ont quitté le corps de ma mère pour m’habiter…A partir de ce jour des esprits troubleront mon sommeil et s’amuseront à m’effrayer jusqu’à vouloir s’accoupler à moi dans des relations impures. Menteurs ils se faisaient passer pour ma mère !

 

 

Imaginez mon angoisse et ma honte car lorsque je subissais cela mon corps était paralysé.

 

Le matin je me levai épuisé et j’avais du mal à aller au travail. L’emprise se faisait de plus en plus forte.

 

 

J’avais compris que j’avais hérité des esprits méchants, coléreux etc…qui avaient empoisonné la vie de ma mère… c’était mon tour ! Ces puissances me poussaient à étrangler ma compagne à plusieurs reprises. Alors elle me quitta.

 

 

Chaque jour, je descendais la pente morale et matérielle, me retrouvant seul et au bord de la folie. J’avais tout perdu. Etant chômeur en fin de droit, je n’avais plus rien pour vivre. J’étais si angoissé et tourmenté jour et nuit que je me levai épuisé comme si j’avais travaillé toute la nuit. Je sombrais dans le gouffre d’une décadence qui touchait tout mon être. Je souhaitais mourir.

 

 

 

J’ai donc supplié Dieu de couper le fil de ma vie.

 

Mais, trouvant du bénévolat dans le domaine culturel, cela m’aida à me sentir un peu mieux. J’ai commencé à peindre et à organiser des expositions de peintures ce qui m’apprit à apprécier la beauté et la lumière. Sans m’en rendre compte mon Créateur agissait dans mon âme. C’est lui qui me fit comprendre que j’étais habité. Sensible dès mon enfance, aux œuvres d’art aux peinture et aux vitraux des églises, je réalisais que mon Créateur avait un plan pour moi. Je sentais la main pleine d’amour de Dieu qui m’effleurait quand je m’approchais d’une Eglise située au sommet d’une colline. Moi qui n’étais que souillure j’étais émerveillé devant le mystère de la création.

Sur cette colline je contemplais les fleurs et la richesse des couleurs du ciel.

 

Une personne rencontrée à l’Eglise me donna une Bible. Très ému je lui avouait que je savais à peine lire et écrire. On te l’apprendra répondit elle ! que Dieu soit loué Sa Grâce n’était pas limitée par mon manque d’instruction. Des chrétiens me disaient Jésus t’aime et veut te Sauver.

 

 

Hélas je n’y comprenait rien car mon cœur vivait l’horreur, et un voile épais m’empêchait de comprendre que tous mes malheurs venaient des mauvais esprits

              Qui détruisaient ma vie et que Jésus était si Puissant et qu’il pouvait me délivrer si je lui demandais avec Foi ma délivrance.

 

 

               J’avais honte de ma manière de vivre et je voulais changer. Heureusement, Dieu voulait que je m’en sorte. Un soir, Jésus Christ m’a délivré des puissances démoniaques. Dans un cri d’épouvante, j’ai fait appel à lui, et je fus instantanément délivré car la bible déclare quiconque invoquera le nom du Seigneur Jésus sera Sauvé.

 

 

               Bien sûr de tous ces malheurs, et en plus de la Condamnation Divine à cause de nos fautes.

 

              Il est clair que les démons ont été chassés puissamment de ma vie. Par la Bonté de Dieu. J’étais enfin libre. Je comprends  maintenant que Jésus à vraiment versé son sang pour nous sur la Croix, pour notre Salut Eternel. C’était un Sacrifice accepté par Dieu.

 

 

               Dieu à décidé d’agir dans la vie de chaque homme qui croit vraiment à ce sacrifice, lequel nous amène à la Bénédiction et à la délivrance totale.

 

 

              Il est revenu à la vie, il est toujours vivant de nos jours.c’est lui qui m’a délivré, soyez certains. Il désire transformernos vies et nous pardonnersi nous le lui demandons mais il n’oblige personne.

 

               Le sacrifice que ma grand mère à fait en 1928 m'a conduit ainsi que mes proches au  malheur. Le pacte que ma grand mère à fait sans le savoir n'a plus aucun effet sur moi, parce que le sacrifice de jésus est bien plus Puissant.

 

               Si vous souhaitez recevoir des Bibles, des Evangiles, des cassettes vidéos en arabe ou en kabile ou pour tout renseignement je pourrai vous transmettre les coordonnées d'Abdel Kader si vous m'écrivez :

                                                        

 

 

                                                               

                                                            

                                                              

                                                                      

Commenter cet article