Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Eden-Esperance

Désolée pour le dérangement, ce blog est en refonte complète, Que Dieu vous Bénisse

Articles avec #temoignages catégorie

Publié le par Momoth
Publié dans : #témoignages

Désolée l'article va être refait
    



 

bouton-retour.gif

Voir les commentaires

Publié le par Momoth
Publié dans : #témoignages

Le prix n'est pas toujours décerné au plus méritant…

The prize doesn't always go to the most deserving... 

image004 

Irena Sendler

 

En 2008,une dame nommée Irena est décédée à l'âge de 98 ans.

 

Durant la seconde guerre mondiale, Irena a obtenu la permission de travailler dans le guetto de Varsovie, en tant que spécialiste de plomberie et égouts.

Elle avait en fait un motif plus grand… Elle SAVAIT quel était le plan des Nazis pour les juifs.

Irena a fait sortir clandestinement des petits enfants (bébés) en les cachant dans sa boîte à outils qu'elle emmenait avec elle, et elle s'était muni d'un sac en toile de jute à l'arrière de son camion pour les plus grands enfants. Elle gardait également un chien à l'arrière, qu'elle avait entraîné à aboyer au moment où les Nazis la laissaient entrer et sortir du guetto. Les soldats ne voulaient en aucun cas avoir à faire au chien, et les aboiements couvraient également les bruits des enfants et des bébés…

 

Pendant cette période, elle est parvenue à faire sortir clandestinement et sauver 2500 enfants et petits enfants. Elle fut finalement capturée, et les Nazi lui brisèrent ses jambes, et ses bras et la battirent sévèrement.

Irena a conservé la liste des noms de tous les enfants qu'elle a fait sortir en la gardant avec elle dans un bocal enterré sous un arbre dans son jardin. Après la guerre, elle a tenté de localiser les parents qui auraient peut-être survécu, afin de réunir à nouveau les familles. La plupart avait été gazée. Ces enfants qu'elle a aidés ont été placés dans des familles d'accueil ou des familles adoptives.

 

L'année dernière, Irena était en lice pour le Prix Nobel de la Paix… mais n'a pas été sélectionnée.

Al Gor a gagné, pour une présentation sur le réchauffement global.

 

Vous pouvez lire son histoire dans son intégralité en cliquant  

 

                                                ICI

 

 

 

 

 image005

Un message puissant, et tout particulièrement cette « bande-dessinée » ci-dessous. N'OUBLIONS JAMAIS.



En mémoire - 63 ans plus tard



Merci de lire attentivement cette bande-dessinée, c'est très puissant. Puis lisez les commentaires à la suite.

 

 

image006 

Traduction :

«

-          Je dois te dire, Monsieur… c'est un tatouage vraiment ennuyeux que tu as sur ton bras. C'est juste une série de chiffres.

-          Eh bien, j'avais environ ton âge quand je l'ai eu, et je l'ai gardé pour me rappeler.

-          Ah ! Pour te rappeler des jours heureux ?

-          Non… d'un temps où le monde est devenu fou…

Imagine-toi dans un pays, où tes compatriotes suivaient la voix d'extrémistes politiques qui n'aimaient pas ta religion.

Imagine que tout te soit enlevé, que ta famille entière soit envoyée dans un camp de concentration comme travailleurs esclaves, puis systématiquement tués.

Dans cet endroit, ils prenaient même ton nom pour le remplacer par un nombre tatoué sur ton bras.

 

Ca s'appelait l'holocauste, durant lequel des millions de gens ont péri, juste à cause de leur foi…

 

-          …

-          Alors, tu le gardes (ce tatouage) pour te rappeler des dangers de l’extrémisme politique ?

-          Non ma chère, pour TE les rappeler. »

 

Nous sommes maintenant à plus de 60 ans après la fin de la Seconde Guerre Mondiale en Europe.

En mémoire de 20 millions de Russes, de 10 millions de chrétiens, de 6 millions de Juifs et de 1900 prêtres catholiques qui furent tués, massacrés, violés, brûlés, affamés et humiliés alors que les peuples Russes et Allemands regardaient de l’autre côté !

 

Maintenant plus que jamais, avec l'Irak, l'Iran, et d'autres, clamant que l'Holocauste est un mythe, il est impératif de s'assurer que le monde n'oubliera jamais, car d'autres voudraient le reproduire.

Voir les commentaires

Publié le par Momoth
Publié dans : #témoignages

 

"Je suis sorti de la Franc-Maçonnerie !", le témoignage de Luc Delière

 

 

 

 

Si vous avez un peu de temps pour me lire, je vais vous raconter comment Satan derrière la F-M nous a détruit, mon fils, ma mère et moi. Mais nous sommes encore vivants, malgré des tentatives (de notre part) … pour en finir. Car l’épreuve qui nous assaille depuis ma démission définitive de la Loge est longue, très éprouvante, et ce encore à ce jour, 8 ans après.

En 1998 j’ai décidé de rompre avec le Grand Orient. J’étais bien considéré, 20 années de présence, j’y avais de nombreux vrais amis, d’excellents « frères ». Mais bien des années avant (1987) je m’étais converti à Christ dans la douleur, pour des raisons familiales, problème de couple, divorce etc... Durant ces événements difficiles, je me suis approché du Seigneur, souvent maladroitement mais obstinément, ce qui ne fut guère facile, et tout cela en fréquentant la loge de moins en moins. Un jour j’ai décidé de vivre autrement, d’être en ordre avec le Seigneur, car il est vrai que je n’avais toujours pas été convaincu de l’impossibilité de fréquenter et la loge, et de vivre avec Christ. Il s’agit pourtant là de deux voix opposées.

A ce sujet il est intéressant de lire les condamnations exprimées par l’église catholique, ne serait-ce que pour information, car il faut avouer que de ce côté-là, elle a très vite perçu l’orientation diabolique de la F-M, et malgré la mode (morale) qui évolue avec les siècles, sa position reste heureusement inchangée.

Il faut savoir qu’une fois membre rien ne parait anormal, nous avions tous la conviction d’appartenir à un super club ou seul l’élite (nous) est présente. C’est un aveuglement profond qui de suite nous conditionne à tout accepter, malgré les rituels symbolique qui n’ont rien d’euphorisant, car se retrouver dans une petite pièce sombre, sans fenêtres, les murs peins en noir, pièce dans laquelle se trouve une chaise, une vieille table en bois sur laquelle trône un authentique crâne humain, un stylo et quelques feuilles de papiers pour répondre à quelques questions de type philosophique, tout cela révèle une situation trop étrange pour rassurer. Un verre d’eau également pour les plus émotifs. Cette épreuve dure de 1 à 2 heures, voir plus. Tout être censé et connaissant Dieu devrait au bout de quelques minutes décider de quitter les lieux, et ce en courant. Mais hélas, l’individu, qui pourtant n’est toujours pas initié (membre) mais seulement observé et interrogé depuis deux ans, (certaines enquêtes peuvent durer plus de 5 ou 6 ans), en acceptant l’éventualité de postuler, l’éventualité d’être reçu, ouvre dès lors une porte qui jamais ne se refermera, car il s’offre à Satan, qu’il en soit conscient ou non, ce fait est inéluctable. Par la suite, il ne cessera lors des divers rituels de passage de grades, d’ouvrir toujours plus l’accès aux œuvres démoniaques qui gèreront sa vie, et qui de fait auront un impact sur les siens et leur descendance.

Les crânes, les cercueils lors de certain passage de grades, ainsi que bien d’autres bizarreries du même genre ne permettent pas une prise de conscience pourtant logique en ces circonstances. L’individu perd très vite toute notion de bien et de mal, et est complètement régit par la moral maçonnique qui à ses yeux est la seule qui soit censée. Dans cet égarement, j’ai été approché par un « frère maçon » très sympathique au demeurant, radiesthésiste notoire, qui décela de suite cette sensibilité particulière me permettant d’agir comme lui, voir mieux. Les tests furent faits et réussis, et… voilà comment l’occultisme se greffa à mon athéisme stupide. Comme quoi un malheur ne vient jamais seul.

Cet occultisme m’a rattrapé après ma démission car la précarité de ma vie nécessitait de ma part d’agir, l’épreuve étant longue et particulièrement pénible.

Heureusement, j’ai vécu avec notre Seigneur une expérience extraordinaire, il m’accordât subitement la nouvelle naissance en l’année 2005. Cette expérience est en soit un autre témoignage, tellement extraordinaire, mais ce n’est pas le sujet d’aujourd’hui. Toutefois quelques mots car le Seigneur s’est emparé de moi ce jour là avec force et violence, ce fut même très douloureux, et cela en accentuant les faits par le parlé en langue, par l’ivresse momentanée, la prière à voix haute (peu importe l’entourage), des visions etc… Il m’a interpellé pour m’interdire formellement toute action occulte, radiesthésie, et dès ce jour j’ai pu rompre instantanément et définitivement avec cette partie d’héritage maçonnique. De cela, de cette période, il reste d’ailleurs des traces sur le net qu’il m’est impossible de supprimer malgré mes nombreuses démarches auprès des sites en question, mais après tout qu’ai-je à cacher puisque ma vie désormais appartient à Christ. J’ai été guéri miraculeusement récemment, d’une douleur persistante, présente depuis plus de quarante ans. Aucune intervention chirurgicale n’était envisageable pour apporter une amélioration.

A un certain moment de la vie maçonnique, des initiations particulières sont réalisées pour ceux qui courent derrière les grades et se font une fierté d’arborer des décors de plus en plus précis. Nul n’est à l’abri de l’orgueil, de la vanité, du syndrome du pouvoir. Et le pouvoir s’obtient très vite, quelques grades plus haut, sans devoir pour cela atteindre les sommets. Le 3ème grade déjà (maître) vous permet d’être membre de la commission et d’évoluer vers la position de « vénérable maître », patron de l’endroit pour 4 ans. Avec tout les pouvoirs. C’est en progressant vers les « hauts grades » que des révélations de plus en plus ténébreuses devraient permettre de prendre conscience de l’absurde de la situation, et pourtant l’aveuglement reste constant. Personne ne réagit !

Il n’est possible de réaliser la réalité de tous les liens de ce mauvais choix que lorsque l’on en est sorti de manière définitive et non « en sommeil ».

Et en sortir, voilà le problème. En fait il n’existe qu’une seule façon de faire, c’est la « mise en sommeil ». D’ailleurs si vous rencontrez des maçons qui ont démissionnés et qui n’ont rien vécus de particulier, si leur vie à continué sans accroc, sachez qu’en fait ils sont toujours maçons, en congé tout simplement. Car si des années après, ce qui arrive dans la plupart des cas ils décident de retourner voir les « frères », ils leur suffit de frapper à la porte, plus besoin d’enquête, d’examen, de vote, d’initiation. Bienvenue mon frère, reprends ta place.

Pour ma part, ou j’écrivais un discours, ou quelques lignes très précises. En 3 ou 4 lignes ce fut chose faite. J’ai bien précisé « pas de mise en sommeil » mais une « démission définitive », avec l’interdiction de mon vivant (et après) d’approcher mon fils afin de le corrompre.

Je dois dire que jamais je n’ai eu d’ennuis avec Pierre, Paul ou Jacques, veuillez m’excuser du choix de ces prénoms. L’ennemi invisible s’est occupé de moi sans utiliser qui que ce soit (à ma connaissance), il s’est simplement servi des circonstances de la vie. J’étais un homme d’affaire prospère, 2 sociétés, 15 salariés, plus des sous-traitants, une villa de luxe, Mercedes, et tout ce qui va avec. L’année suivante j’avais des contrats pour des montants extrêmement importants. Je touchais au but que je m’étais fixé lors de ma jeunesse, ayant tout fait pour sortir du milieu ouvrier qui était le mien.

En quelques mois tout à été perdu, sans faillite, ce qui déjà n’est pas courant, des faux sont apparus dans ma comptabilité, ma villa a brûlé, j’ai changé de voiture, une Jaguar sport… je l’ai gardée 6 heures, accident incompréhensible, 20 ans sans accident et pourtant + ou – 80.000 km par an. J’ai voulu faire expertiser la voiture mais impossible, perte totale. Ennuis avec la police, ils m’ont battu pendant des heures, une nuit au poste, plainte de ma part, des années plus tard tribunal, séance reportée deux fois, puis a la troisième ils mentent et ont des versions contradictoires sous serment, 4ème séance, je suis condamné 1.500 € d’amende et/ou 2 mois de prisons. Voilà les anecdotes. J’oubliais, pour l’incendie l’assurance a payé, mais quelqu’un s’est emparé de l’argent sur mon compte, et…. pas de suite.

Mon fils n’a pu faire d’études, moi sans travail, impossible de rembourser le moindre petit crédit ridicule, j’ai été fiché, j’ai connu la valse des huissiers etc… Et évidement, les banques c’est fini, plus question de négocier un prêt ni d’avoir une relation d’affaire avec elles. J’ai encore la force et la volonté de recommencer, 54 ans ce n’est pas dramatique, mais pas moyen pour l’instant de mettre le pied à l’étrier.

Aujourd’hui, et ce malgré toutes mes démarches je subis encore d’énormes oppositions dans ma vie. Mes dettes seront entièrement réglées d’ici un ou deux mois, alors que l’argent est au service de médiation judiciaire depuis plus d’un an… Il y a longtemps que tout ça devrait être fini. Si tout va bien ils devront me restituer 15 ou 20.000 euros et c’est avec ça et la grâce de Dieu qu’il faudra refaire toute une vie, plusieurs même, car j’ai charge d’âme, je ne puis abandonner, je dois donner un avenir à mon fils. Aujourd’hui j’ai une allocation qui permet de manger et de payer le loyer d’un appartement minable dans un quartier qui l’est tout autant.

Voilà les dégâts qu’impose l’ennemi à ceux qui le quittent. Pas facile tout ça, pas facile du tout, mais il faut être conscient de cette réalité et agir si on le peut.

Après ma démission, j’ai recherché la délivrance pour couper tous les liens démoniaques dont j’étais victime ainsi que ma descendance.

L’ennemi est là, bien présent, et pour une fois on peut le désigner du doigt, le dénoncer matériellement, concrètement. Il ne faut pas se voiler la face, mais au contraire se dresser et combattre car nous ne sommes pas de son parti, voilà ce à quoi j’invite tous les « maçons », fuir le mauvais combat, décider de faire le choix qui sauve et non celui détruit et ce malgré les apparences trompeuses.

Dieu est un Dieu jaloux et ne nous autorise pas à nous soumettre corps et âmes en dehors de Lui. Or Dieu n’est pas évoqué en Franc-Maçonnerie, car on laisse le libre choix à chacun de créer son propre dieu, et ce via le « Grand architecte de l’univers » qui n’est autre que la liberté Luciférienne, l’offrande de sa vie à l’ennemi, un pacte symbolique avec le diable.

J’aime à penser que toute cette démarche qui à bouleversé ma vie, m’a permis de quitter le « grand architecte » pour le « petit charpentier ».

Il m’arrive souvent de me souvenir avec émotions des amis que j’avais là-bas. Je prie pour eux car ils ne sont en rien (pour la plupart) conscient de cet emprisonnement. Excepté s’ils ont atteints les hauts grades, là ils savent !

Je pense souvent à Paul et son épouse M, à un autre Paul (domaine de la construction) cet ami qui un jour m’a aidé, à André (poète et écrivain), à un autre André et son épouse qui adhéra elle aussi à une loge féminine, à Etienne et son épouse F, Etienne également un jour m’a rendu service tout comme son épouse, je n’ai rien oublié. S’ils me lisent, qu’ils sachent tous que je prie pour eux.

Luc Delière      lucdeliere@yahoo.fr

Ps : je n’utilise pas de pseudo car ce serait lâche dans ce cas ci. De qui aurais-je peur si le Seigneur est avec moi ? Certains en profiteront pour me salir, mais d’autres auront besoin de moi pour les aider à sortir de l’horreur, il est bon pour eux qu’ils sachent me joindre.

 

 

Message mis sur blog avec autorisation de l'auteur et je suis comme lui de qui aurais je peur ?

 

 

Voir les commentaires

Publié le par Momoth
Publié dans : #témoignages

Témoignage de conversion

L'enfance :

Je suis né dans une famille catholique de 5 enfants, près de la Manche. Peu après la guerre, mes parents, agriculteurs, émigrent dans le Midi. Six ans plus tard, un évènement bouleverse la vie de toute la famille. Notre père vient de mourir sous la roue d'une remorque, tirée par un cheval emballé. Il décède dans les minutes qui suivent. Une année plus tard (âgé de 9 ans), ma mère me place sur le conseil d'un prêtre dans un séminaire qui forme les futurs prêtres.

Sept années extrêmement difficiles car je n'arrive pas à m'épanouir dans cette vie religieuse, coupée du monde et de la famille. Vers 18 ans, après plusieurs essais, je quitte définitivement ce milieu afin de me préparer à la vie active. Des années de troubles se suivent remplies d'interrogations ??? comment et où trouver la vérité: dans les cathédrales, les basiliques, les bâtiments d'églises et lieux de pèlerinages? Non, car j'en ressors vide et insatisfait. Croire en Dieu, oui, d'accord - mais comment l'atteindre et lui parler? Vers 24 ans, un prêtre canadien m'invite à partir avec lui dans son pays pour devenir prêtre. Impossible de refuser car peut-être trouverai-je alors des réponses à mes questions. Mais, Dieu a un autre plan pour moi!

En ce même temps, je rencontre à Paris, une étudiante étrangère. Ilse. y est venue apprendre la langue française; est protestante, mais aussi insatisfaite de sa religion. Au début, la religion n'intéresse ni l'un ni l'autre ou guère. Nous sommes heureux de découvrir Paris ensemble, d'aller écouter des concerts d'orgue dans la cathédrale Notre Dame de Paris et dans d'autres églises; nous admirons les styles gothiques et romans, les bâtiments et les vitraux. Peu à peu, notre intérêt se porte sur la religion de l'autre. Mais Martin Luther ( qu'elle admire) - Non, je ne peux l'accepter, surtout pas son mariage avec une religieuse (quel scandale!... ) C'est une église renégate et une ennemie de la mienne, seule et véritable. :Elle me fait comprendre qu'elle ne peut pas accepter de croire au purgatoire, aux saints qu'il faut vénérer ou prier, aux messes ou aux prières pour les morts etc.

 

Le mariage :

La vie est belle eJ nous sommes heureux d'être ensemble à Paris -la ville des amoureux, dit-on! j'ose prononcer 'mariage' mais elle n'y pense pas encore car elle croit avoir un autre plan. Pourtant, deux ans plus tard, le mariage se concrétise en Provence. Pour plaire à ma famille, nous le célébrons à l'église catholique. Puis le bonheur des premières années semble s'envoler; nos deux tempéraments 'franco-germaniques' sont si différents; ils sont incompatibles! C'est ainsi, qu'en 7° année de mariage, nous n'avons plus envie de vivre ensemble. Elle songe quitter la France pour regagner l'Allemagne, son pays.

 

Réconciliation et conversion :

Mais voici que nous faisons la connaissance d'un ex-ermite, marié, qui expose des icônes. Il les commente si bien que nous sommes profondément touché. Il nous encourage à acheter notre première bible (de Jérusalem). Attirés par la profondeur de ses commentaires religieux et par la vie de cette jeune famille, nous commençons à lire la Bible, les psaumes surtout. Notre vie de couple semble retrouver un nouveau souffle et un nouvel espoir. Dieu semble réellement s'opposer à notre plan de nous séparer.

Après un temps de chômage, nous voici sur les places de marché, vendant différentes variétés de miel et produits de la ruche. Un jour, Daniel, un jeune homme se présente devant notre stand. Il lève vers moi un petit évangile de Jean et me demande:
"Es-tu chrétien?"
"Oh! Oui, je suis catholique"! "Mais qui est Jésus-Christ pour toi?" Je suis incapable de répondre.

Daniel, délivré de la drogue, muni de petits évangiles dans son sac, témoigne sur les places, dans les cafés. Il s'en va de lieux en lieux témoigner de son amour qu'il a découvert pour le Christ. Puis, D. nous fait connaître son ami G. Sous nos yeux curieux et étonnés, tous deux s'adressent à Dieu, avec leurs propres mots. Mais oui, ils prient pour nous... Mais quelle est cette nouvelle "religion" et où est votre lieu de rassemblement ou de rencontres, demandons-nous? Ils nous emmènent le dimanche suivant dans leur salle.

 

C'est dimanche, l'heure du message "Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu'il ait la vie éternelle". Nous n'avons jamais entendu de message si simple et si profond à la fois. Puis, le pasteur se met à décrire si fortement les souffrances de Christ au jardin de Gethsémané, puis à Golgotha. Il nous est impossible de retenir nos larmes. Dieu est en train de nous révéler l'amour du Christ, son Fils et de nous convaincre de nos péchés. Nous réalisons en ce moment même que Christ a réellement pris notre place à la croix, qu'il a été frappé et mis à mort à cause de nos propres fautes.
Après sept ans de mariage, et au même moment, Jésus-Christ nous libère tous deux de nos péchés passés. Il nous donne son pardon et nous remplit de Son amour. Quelques mois plus tard, convaincus que la Parole de Dieu nous demande de passer par les eaux du baptême, nous n'hésitons pas à nous faire baptiser par immersion. Durant cette même période, Il crée en nous une grande soif de lire et de méditer Sa Parole; nous voulons connaître ce qui est écrit dans ce Livre qu'on appelle la Bible.

 

L'appel des missions :

Sans enfant, nous nous posons la question: quel est le but de notre vie? Travailler pour satisfaire nos propres besoins? Gagner de l'argent pour construire une maison ou pour partir en vacances? N'y a+ il pas autre chose à réaliser ou à vivre? Un désir profond de nous tourner vers les autres, vers ceux qui ne connaissent pas encore Jésus- Christ comme leur Sauveur s'intensifie. Nous voulons les aider à Le connaître également. C'est le travail en Mission parmi les plus démunis ou défavorisés qui nous intéresse: l'Afrique. Un jour, nous sommes interpellés, en lisant l'évangile de Marc, par ces paroles des versets 29 et suivants: «Quiconque quittera à cause de moi et de l'évangile sa maison, ou ses frères, ou ses sœurs, ou sa mère, ou son père ou ses enfants, ou terres, recevra présentement dans ce siècle-ci, des maisons, des frères, des sœurs, des mères, des enfants et des terres, avec des persécution et dans le siècle à venir, la vie éternelle ».


Les biographies missionnaires sont l'objet de nos premières lectures après la Bible; et tout particulièrement, comme celles de Hudson Taylor, de Charles Studd, de William Carey et autres. Hudson Taylor écrit à ses parents en 1860: Nous sommes des enfants de Dieu aux ordres de Dieu pour faire l' œuvre de Dieu».
Une certaine phrase de Charles Studd ne me quitte plus: «Si Jésus-Christ est vraiment le Fils de Dieu, s'il est vraiment mort à la croix de Golgotha pour moi, alors, il n'y a aucun sacrifice qui ne soit trop grand pour moi. »

Les biographies missionnaires sont l'objet de nos premières lectures après la Bible; et tout particulièrement, comme celles de Hudson Taylor, de Charles Studd, de William Carey et autres. Hudson Taylor écrit à ses parents en 1860: Nous sommes des enfants de Dieu aux ordres de Dieu pour faire l' œuvre de Dieu».Une certaine phrase de Charles Studd ne me quitte plus: «Si Jésus-Christ est vraiment le Fils de Dieu, s'il est vraiment mort à la croix de Golgotha pour moi, alors, il n'y a aucun sacrifice qui ne soit trop grand pour moi. »

 

Pour approfondir nos connaissances de la Bible, nous décidons de consacrer un certain temps dans une école Biblique. Ignorants des besoins énormes en terres de mission, je demande à un étudiant zaïrois: «N'y aurait-il pas du travail pour nous dans ton pays? » Sa réponse est affirmative. Des chemins s'ouvrent pour partir en 1984 au Congo, ex-Zaïre. Nous vendons tous nos biens: voiture, caravane, meubles, terres et 2 petits vignes pour acheter nos tickets d'avion et pour faire face à nos premiers besoins dans ce nouveau pays.
Au début, sous un soleil parfois accablant et durant plusieurs heures, voir toute une journée, nos seuls moyens de transport sont nos jambes. Un peu plus tard, 2 vélos nous aident à aller plus loin
pour visiter des gens ou pour prêcher la Parole de Dieu dans diverses églises. Nous apprenons à nous réjouir lorsque nous sommes affligés par diverses épreuves ou que la souffrance nous atteint.

Petit à petit, des groupes de prières et des assemblées en Europe, touchés par notre travail, décident de nous soutenir. Ce soutien devient plus important lorsque nous accueillons nos premiers orphelins. Deux petits habitent déjà chez nous et 13 autres attendent d'être accueillis. Mais auparavant, il faut construire un foyer d'accueil pour eux. En quelques mois, la première maison est érigée sur l'île magnifique du lac Kivu au Zaïre. Entre-temps, une Land-rover toute neuve nous est offerte par un jeune chrétien d'Angleterre. Nous sommes heureux dans notre travail. Je prêche la Parole de Dieu dans diverses églises, sur les stades, dans les universités et donne des séminaires sur les signes précédant le retour du Christ? La forêt vierge nous attend; nos amis, les pygmées ont aussi besoin d'entendre parler de ce Dieu qui les aime.
Ma femme s'occupe de nos enfants orphelins qui nous donnent beaucoup de joie par leur simplicité et leur reconnaissance. Nous sommes une famille heureuse. Ainsi, nous passons sept années au Zaïre et deux années au Burundi. Nous acceptons l'invitation d'une église du Rwanda de diriger et d'enseigner les étudiants dans une Ecole biblique. Et voici que soudain, en 1994, c'est le tragique génocide! plus d'un million de morts, en à peine trois mois. Pour protéger nos enfants, nous restons avec eux pendant les deux premiers mois de cette tragédie rwandaise. La Parole de Dieu, tout spécialement le Psaume 91, nous rassure et nous donne une paix et une confiance absolue. Ce psaume devient l'objet de notre méditation quotidienne. Le Seigneur est présent, nous sentons sa présence à chaque instant. Durant cette période, Il accomplit de multiples miracles pour le bien de nos enfants et de nous-mêmes. Deux mois plus tard, la Croix Rouge nous évacue tous au Burundi, pays voisin en crise grave également.
Si vous voulez lire ce que nous avons vécu pendant ces 2 mois du génocide, vous le trouverez dans la petite revue chrétienne «réalités de la foi - Digest », N° 4/1998, BP 33 - 38660 St. Vincent-deMercuze.

 

En Afrique :

Invités par une Eglise d'Afrique, et âgés de la quarantaine, nous sommes partis comme missionnaires en Février 1984. Nous avons œuvré au sein des églises existantes dans les pays du Grand Lac: ex-Zaïre, Burundi et Rwanda. En 1989, parents sans enfant, nous avons construit un orphelinat sur une grande île pouvant accueillir plus de 15 orphelins. Le génocide de 1994 au Rwanda a suspendu pour un temps nos activités en Afrique jusqu'en 1999.

 

Joseph  : Pendant ces années, j'ai été appelé à évangéliser souvent en plein air, campus universitaires et dans les églises; invité à donner des séminaires de formation pour responsables d'églises; à diriger et à enseigner dans un institut biblique du Rwanda.

Après l'équivalent de 3 années d'études à l'Institut Biblique Emmaüs (Suisse) et l'obtention d'une licence à la Faculté de Théologie d'Aix en Provence, j'ai été conduit à enseigner dans plusieurs instituts bibliques du Burkina Faso.

Ilse : J'ai eu la joie d'accompagner Joseph dans des tournées africaines. Début 1989, un petit orphelin m'est confié, puis 2, 3 et jusqu'à 15. l'ai animé et dirigé cet orphelinat.


J'ai participé aux activités de femmes dans les églises où les questions de couple et de famille ont souvent été abordées.

Voici le témoignage de Ilse cliquez : ici

 

Voici leur travail aux missions cliquez : ici

Vous pouvez lui écrire et je transmettrai

 

Voir les commentaires

Publié le par Momoth
Publié dans : #témoignages

Mon enfance

 

 

Je m’appelle Abdel Kader, ma grand-mère habitait un bidonville d’Algérie à Annaba. Elle avait déjà 7 garçons et s’attendait à ce que Dieu lui donne une fille. Alors, des personnes très religieuses lui conseillèrent d’offrir un coq blanc et un coq noir en sacrifice le jour de l’Aid El Kébir. C’était en 1928. Apportant ses deux coqs au marabout du village, celui-ci les sacrifia après avoir Prié et demandé la bénédiction de son Dieu afin que ma grand-mère ait une fille.

 

 

Un an après naquit une fille Zohra Djamila, qui devint ma mère. Par ce sacrifice sanglant, sans le savoir, le marabout et ma grand-mère  mirent ma famille et sa descendance en contact direct avec les esprits maléfiques… auteurs de biens des malheurs.

 

 

Il faut dire que ce piège mortel s’est refermé sur des milliers de mes compatriotes maghrébins, d’où mon témoignage pour vous épargner ces malheurs et vous expliquer comment en sortir.

 

 

 

De 10 à 30 ans, ma mère travailla durement chez des patrons, puis elle finit par fonder une famille à Annaba. Je fus son premier enfant qu’elle nomma Kader. A la naissance de ma sœur, son mari l’abandonna.

 

 

Ses parents et leur culture la poussèrent à se remarier avec un homme de 20 ans plus âgé. Mais ne pouvant pas dire non, 2 enfants naquirent de cet homme qui émigra en France avec sa famille afin de sortir de la misère. Ils achetèrent  une maison  un taudis, et mon beau père travailla comme manœuvre. Hélas au premier jour, il trouva la mort écrasé par un train à l’estaque.

 

 

 

Ma mère, alors enceinte de deux mois dut vendre sa cabane et loua un petit deux pièces. A cette époque il n’y avait ni allocs ni avantages sociaux, aussi, on passait des journées entières sans manger… ma mère ramassantce qu’elle pouvait après les marchés.

 

 

 

Par bonheur, elle épousa un homme qui gagnait bien sa vie … hélas, il buvait et la battait souvent car il voyait le mal partout !

 

Pire : la violence était partout, à la maison et dans la rue. A 10 ans, étant parti chez une tante, à mon retour, je fus battu par ma mère presque jusqu’à la mort… Son grand amour pour moi s’était transformé en cruauté créant en moi une immense tristesse.

 

 

 

Misère, beaucoup de larmes et quelques joies ont  bercé ma jeunesse et celle de ma famille.

 

 

 

Mon grand père qui avait immigré, nous inculquait la religion musulmane. Depuis, je garde un vif souvenir de ma circoncision, des Ramadans et de l’Aid-El-Kébir avec le sacrifice du mouton qui, je l’avoue m’écoeurait beaucoup.

 

 

 

A cette époque, je n’avais aucune compréhension d’un autre sacrifice : celui que Dieu à vraiment accepté il y a deux mille ans.Pourtant ce sacrifice est encore plus important que l’Aid… nous verrons pourquoi.

 

 

L’influence du monde des esprits maléfiques.

 

 

 

Même si notre spirituel était très limitée, il était clair que notre famille était atteinte de malédictions multiples.

 

 

 

Les esprits maléfiques ne nous avaient pas abandonné quand on quitta l’Algérie : chaque année, au jour anniversaire du sacrifice de ma grand-mère en 1928, ma mère faisait des crises d’épilepsie. Mes frères et sœurs voyaient bien l’emprise de plus en plus forte sur notre mère.

 

Cet évènement annuel prouvait que la crise était d’origine spirituelle car ces esprits la mettaient dans des états d’angoisse, d’oppression, d’épilepsie, d’instabilité, de chute morale, de colère brusque, d’endurcissement, de peur, mais aussi d’incapacité de croire vraiment en Dieu. Pour calmer ses crises, des femmes du quartier priaient et marquaient son front avec du sang afin qu’elle retrouve son calme. Ensuite elle allait à Sidi Hamaîda, un lieu « saint » de la ville d’annaba en Algérie pour offrir un même sacrifice. Ainsi, les esprits étaient satisfaits.

 

 

 

Moi-même malade, j’ai dû porter le El-Zze: un talisman avec des écritues à l’intérieur placé par le marabout. Je rappelle que c’est une pratique interdite constituant un vrai piège, je te donne la guérison mais ton âme m’appartient.

 

 

 

Toute désobéissance et infidélité à Dieu entraînent de graves conséquences d’ordre physique, spirituelle ou morale. Le Livre très saint que je lirai plus tard dit que ce que l’on sacrifie, est sacrifié à des démons et non à Dieu.

 

 

Dans ce même Livre, il est écrit :

 

 

Qu’on ne trouve chez toi personne qui fasse passer son fils ou sa fille par le feu (en sacrifice), personne qui pratique la divination, incantation,astrologie, magie, qui interroge les morts. Car quiconque se livre à ces pratiques est en horreur à Dieu.

 

              Ayant pratiqué ces choses, nous avons constaté une malédiction généralisée sur   notre  famille

Entre autre, un de mes frères a été assassiné en 1980. son crâne fut fracassé par un fusil à canon scié. Il décéda à 19 ans lors d’une bagarre à Carry-le-Rouet près de Marseille.

 

 

 

A l’époque, on n’avait pas compris que ces décès étaient liés au monde spirituel, et personne ne nous expliquait comment obtenir l’aide et la protection divine.

Nous ne savions pas que Dieu pouvait nous aider sans avoir à consulter un marabout et sans faire de sacrifice. Un prophète à dit : mon peuple est détruit parce qu’il lui manque la connaissance.

 

 

 

A 52 ans, ma mère décède dans d’atroces souffrances suite à un cancer généralisé, laissant alors dix enfants…

 

Suivant la coutume arabe, nous l’avons veillée puis placée dans un cercueil. Mais comme j’étais le fils aîné de 11 enfants, des femmes m’ont placé là ou maman à été allongée, avant sa mise en cercueil, elles ont prié puis j’ai senti un transfert de mauvais esprits qui ont quitté le corps de ma mère pour m’habiter…A partir de ce jour des esprits troubleront mon sommeil et s’amuseront à m’effrayer jusqu’à vouloir s’accoupler à moi dans des relations impures. Menteurs ils se faisaient passer pour ma mère !

 

 

Imaginez mon angoisse et ma honte car lorsque je subissais cela mon corps était paralysé.

 

Le matin je me levai épuisé et j’avais du mal à aller au travail. L’emprise se faisait de plus en plus forte.

 

 

J’avais compris que j’avais hérité des esprits méchants, coléreux etc…qui avaient empoisonné la vie de ma mère… c’était mon tour ! Ces puissances me poussaient à étrangler ma compagne à plusieurs reprises. Alors elle me quitta.

 

 

Chaque jour, je descendais la pente morale et matérielle, me retrouvant seul et au bord de la folie. J’avais tout perdu. Etant chômeur en fin de droit, je n’avais plus rien pour vivre. J’étais si angoissé et tourmenté jour et nuit que je me levai épuisé comme si j’avais travaillé toute la nuit. Je sombrais dans le gouffre d’une décadence qui touchait tout mon être. Je souhaitais mourir.

 

 

 

J’ai donc supplié Dieu de couper le fil de ma vie.

 

Mais, trouvant du bénévolat dans le domaine culturel, cela m’aida à me sentir un peu mieux. J’ai commencé à peindre et à organiser des expositions de peintures ce qui m’apprit à apprécier la beauté et la lumière. Sans m’en rendre compte mon Créateur agissait dans mon âme. C’est lui qui me fit comprendre que j’étais habité. Sensible dès mon enfance, aux œuvres d’art aux peinture et aux vitraux des églises, je réalisais que mon Créateur avait un plan pour moi. Je sentais la main pleine d’amour de Dieu qui m’effleurait quand je m’approchais d’une Eglise située au sommet d’une colline. Moi qui n’étais que souillure j’étais émerveillé devant le mystère de la création.

Sur cette colline je contemplais les fleurs et la richesse des couleurs du ciel.

 

Une personne rencontrée à l’Eglise me donna une Bible. Très ému je lui avouait que je savais à peine lire et écrire. On te l’apprendra répondit elle ! que Dieu soit loué Sa Grâce n’était pas limitée par mon manque d’instruction. Des chrétiens me disaient Jésus t’aime et veut te Sauver.

 

 

Hélas je n’y comprenait rien car mon cœur vivait l’horreur, et un voile épais m’empêchait de comprendre que tous mes malheurs venaient des mauvais esprits

              Qui détruisaient ma vie et que Jésus était si Puissant et qu’il pouvait me délivrer si je lui demandais avec Foi ma délivrance.

 

 

               J’avais honte de ma manière de vivre et je voulais changer. Heureusement, Dieu voulait que je m’en sorte. Un soir, Jésus Christ m’a délivré des puissances démoniaques. Dans un cri d’épouvante, j’ai fait appel à lui, et je fus instantanément délivré car la bible déclare quiconque invoquera le nom du Seigneur Jésus sera Sauvé.

 

 

               Bien sûr de tous ces malheurs, et en plus de la Condamnation Divine à cause de nos fautes.

 

              Il est clair que les démons ont été chassés puissamment de ma vie. Par la Bonté de Dieu. J’étais enfin libre. Je comprends  maintenant que Jésus à vraiment versé son sang pour nous sur la Croix, pour notre Salut Eternel. C’était un Sacrifice accepté par Dieu.

 

 

               Dieu à décidé d’agir dans la vie de chaque homme qui croit vraiment à ce sacrifice, lequel nous amène à la Bénédiction et à la délivrance totale.

 

 

              Il est revenu à la vie, il est toujours vivant de nos jours.c’est lui qui m’a délivré, soyez certains. Il désire transformernos vies et nous pardonnersi nous le lui demandons mais il n’oblige personne.

 

               Le sacrifice que ma grand mère à fait en 1928 m'a conduit ainsi que mes proches au  malheur. Le pacte que ma grand mère à fait sans le savoir n'a plus aucun effet sur moi, parce que le sacrifice de jésus est bien plus Puissant.

 

               Si vous souhaitez recevoir des Bibles, des Evangiles, des cassettes vidéos en arabe ou en kabile ou pour tout renseignement je pourrai vous transmettre les coordonnées d'Abdel Kader si vous m'écrivez :

                                                        

 

 

                                                               

                                                            

                                                              

                                                                      

Voir les commentaires

Publié le par Momoth
Publié dans : #témoignages

Aujourd'hui j'avais prévu de mettre un article mais en répondant à une personne qui m'a écrit directement sur ma boîte mail, l'idée m'est venue d'écrire cette réponse sur ce blog , je pense que ça ne peut venir que du Saint Esprit qui me conduit chaque jour un peu plus.

Cette personne me disait qu'elle ne savait pas et ne comprenait pas pourquoi des gens pouvaient croire .

Il y a 16 ans en arrière, j'ai touché à l'occultisme, au magnétisme, aux incantations diaboliques, je reconnais même avoir fait de la sorcellerie sur quelqu'un. Et puis un jour, j'ai ressenti une présence très forte dans ma maison sur une chaise, j'ai été prise d'une énorme fatigue qui m'a obligé à m'asseoir sur cette chaise et j'ai ressenti des choses glacées rentrer en moi et là j'ai compris ce qui venait de se passer et j'ai commencer à réaliser que si le mal existait pour nous piéger,  le bien existait aussi et je me suis rappelée des films ou on parlait d'exorcisme.

Je suis allée voir des prêtres et je m'en suis tenue à l'enseignement catholique ou je n'ai jamais été délivrée, mais pendant des mois j'ai crié, j'ai pleuré et j'ai levé les yeux vers Dieu et je lui ai dit si tu existes montres le, montres moi parce que sinon je me suicide. Je suis tombée très très bas. Je me suis dirigée vers un psychiatre qui m'a donné des psychotropes et puis c'est tout mais j'allais toujours aussi mal.

Le matin je partais travailler en me disant qu'il fallait que je  vive pour mes enfants qui étaient très jeunes à l'époque 7 et 4 ans, j'allais les embrasser et je me disait que peut être le soir je serai morte.

Quand je rentrais du travail je pleurais et je ne voyais plus la route et combien de fois j'ai voulu jeter ma voiture contre le bas côté, ou contre un pilier.

Je voulais mourir

Un jour, je pleurai devant la télévision et je regardais une émission ou on célébrait la mort de Jésus à la Croix, ce jour là je suis tombée dans le canapé, affalée d'épuisement  j'ai regardé l'émission et mes larmes ont disparu,  et j'ai réalisé ce jour là que c'était le jour de Pâques ! Ce jour là j'ai réalisé que quelque chose de surnaturel venait de se produire. Je me suis tourné vers Dieu mais toujours avec mes habitudes, mes traditions, mais Dieu savait ce qui se produirait quelques temps après :

- Un matin je me suis levée et j'ai vu au plafond de mon salon (vous ne me croirez peut être pas) une étoile, une étoile extrêmement brillante qui est descendue à une rapidité extraordinaire, elle s'est approchée de moi elle était de toute les couleurs bleue, jaune, verte, rouge, orange, dorée, étincelante (ce que j'ai vu, je ne pourrai jamais l'oublier) elle tournait très très vite. Six mois après j'ai rencontré la personne que Dieu avait choisi pour me parler de Dieu.
Il ya deux ans j'ai eu encore la chance de voir cette boule de lumière se matérialiser et quelques temps après ma fille Nathalie est venue au Seigneur.

 
Il ya quelques mois je l'ai encore vue mais je ne sais pas pour qui ? (enfin je me doute que c'est quelqu'un de ma famille).


En dehors de cette boule lumineuse, il y a d'autres choses qui se sont produit :

- Un jour un pasteur me dit :  "Le Seigneur me dit que je dois Prier pour toi et que tu lui demandes ce que tu veux" alors je lui répond  "je voudrai voir un ange, parce qu'on me parle toujours des anges mais je n'en n'ai jamais vu" il me dit d'accord et il Prie pour moi et au moment même j'ai eu la vision d'un ange très beau avec une épée. Je raconte ma vision et je dis: " j'ai vu un ange mais on dirait que c'est un ange protecteur". Ca c'est passé un lundi et le samedi d'après, en allant chercher ma fille au lycée, j'ai eu un très grave accident de la route, au cours de cet accident, j'ai remis ma vie dans les mains de Dieu et à ce moment là j'ai vu la voiture se remplir de quelque chose de très blanc. Quand le pasteur est venu Prier pour moi dans la voiture accidentée (au risque de sa vie) j'étais pleine de la présence de Dieu, j'étais en train d'évangéliser les pompiers et pourtant j'avais 4 fractures ! Est ce que vous croyez que mon Dieu n'a pas été là ce jour là ?
Est ce que humainement parlant vos croyez qu'avec 4 fractures on peut parler ? J'ai demandé à l'hôpital pourquoi on ne m'envoyait pas un psy comme c'est l'habitude de le faire maintenant et on m'a répondu "vous n'en n'avez pas besoin ! "  

Voilà pourquoi je crois en un Dieu Puissant. Ce n'est pas un Dieu de souffrances ou de guerres comme le prétendent certains.


Dieu dans la Bible dit :"s'ils se tournent vers moi et qu'ils se repentent de leurs péchés, il est juste et bon de leur pardonner".

Je ne sais pas pourquoi je vous ai révélé tout cela Dieu seul le sait.

Il y a quand même quelque chose que je veut dire ici : si je suis en vie aulourd'hui, c'est grâce à mes deux petites filles qui sont aujourd'hui des adultes 23 et 20. Je crois que Dieu s'est servi de ces deux petits bouts de chou pour m'amener à lui.

Par ce message je veux aussi leur demander PARDON pour toutes les années ou j'ai été agressives et dures avec elles parce que je n'étais pas dans mon état normal. Je veux leur demander PARDON pour les avoir mener chez une magnétiseuse.  Il faut que je dise aussi qu'à cette époque là j'étais au bord du divorce et Dieu à réconcilié mon couple (à l'époque mon mari et moi nous parlions que par petits papiers interposés.

Si vous avez des problèmes vous pouvez me les confier je pourrai vous aiguiller.

 

Voir les commentaires

Publié le par Momoth
Publié dans : #témoignages

       Eden veut dire jardin des délices

 

      Ca faisait un bon moment que je voulais faire un site, j'avais essayé d'autres thèmes mais les idées ne me venaient pas.

 

                  

     J'ai demandé à Dieu de m'aiguiller.

 


    Dieu m'a parlé dans une Prophétie dans mon Eglise, que j'allais parler à mes ennemis, et il s'est trouvé, un jour, à mon guichet, une dame qui m'a invité à un après midi portes ouvertes dans un jardin ou il y avait des poésies écrites sur la nature.


 

     Ces poésies étaient anti Dieu, et ça m'a travaillé, dans le sens ou je voulais rendre à Dieu ce qui est à lui. Par ce biais là, j'ai pensé que je pouvais réconcilier l'homme avec la nature dans la Vérité, que je pouvais ouvrir les yeux de ceux qui ce sont laissé entrainer dans une mauvaise voie.

 


     Dieu dit bien dans la Bible que l'homme a été tiré de la terre, mais pas dans le sens ou les satanistes veulent le faire croire.

 


      Dans les poésies que j'ai lu, il était écrit que la nature se flétrissait au contact de Dieu et je veux prouver le contraire avec l'aide de l'Esprit. Voici l'explication du jardin d'Eden :

 

       Au milieu de la nature, Dieu voyait que cela était bon. L'homme et la femme ont été créés nus au milieu des fleurs, des arbres, des animaux. Il vivaient en confiance absolue avec leur Créateur. Il leur avait tout donné en abondance. Pour arroser ce jardin Dieu avait créé 1 fleuve qui se divisait en 4 bras. 

 

      Il était extrêmement fertile, l'homme et la femme n'avaient rien à faire puisque tout avait été conçu pour les faire vivre sans travailler.

 

   Imaginez vous vivre dans le plus beau jardin du monde ! Imaginez vous couchés dans la verdure en train de humer la bonne odeur de la nature, d'observer chaque fleur, de manger de tout ce qui se trouvait là, sans avoir à travailler pour le cultiver.

 

                    C'était le Paradis terrestre!

 

      Et, ça va vous surprendre ce que je vais vous dire, mais Dieu venait leur parler tous les soirs !

 

Espérance

pourquoi  Espérance ???

    

        Parce que par la stupidité d'Eve qui s'est laissé tromper par les ruses du serpent, elle et Adam,  ont entraîné l'humanité toute entière dans la servitude. Ils  ont brisé les liens qui nous unissaient à Dieu et ont amené la malédiction.

 

    A l'heure actuelle, nous en voyons les résultats et nous en souffrons tous ! Nous ne souhaitons q'une chose c'est qu'un jour nous puissions revivre les moments merveilleux qui nous avaient été promis au départ, dans un monde meilleur avec Jésus Christ notre Sauveur.  

 

      Je vous invite à prendre une Bible et l'ouvrir au chapître de la Genèse. S'il y a de la poussière dessus, ça ne fait rien, ouvrez là quand même,  lisez les chapitres phrase par phrase, et méditez la en lisant les articles que je vous donne.

 


 La Bible ne se lit pas d'un coup comme une simple histoire.

 


     Vous allez, alors, découvrir La Vérité au sujet de l'humanité et de son destin. Vous allez connaître la Pensée de Dieu, et vous vous rendrez compte que nous avons un Grand Dieu D'amour.             

retour en haut

Voir les commentaires

Publié le par Monique
Publié dans : #témoignages

Dieu m'a libéré de la peur d'Harmaguédon

 

                                          Salut à tous, que la grâce de notre Seigneur soit sur vous,

     On ne se connaît pas encore, mais en bref, voila, J'ai lu vos témoignages sur les témoins de Jéhovah et je remarque que par rapport à la peur, je suis aussi passé par là à cause de ce mot que l'on répétait souvent chez eux: Harmaguédon.

 

       Quand j'ai quitté l'organisation en 1992, je me sentais condamné. Pour moi la vie ne valait plus la peine d'être vécue car je mourais de toute façon le jour de Harmaguédon.
Mon père lui allait dans une église baptiste où je suis allé avec, et la parole du pasteur me semblait juste et je ne le voyais pas comme des gens satanique comme on nous le faisait croire.



     J'allais à l'église baptiste, mais j'avais toujours peur de mourir. Je me disais: "as tu fais le bon choix ? et si tu trompais ?"
Déjà aussi, la conduite de mon père malgré qu'il allais à l'église n'étais un bon exemple pour moi. Ou bien je ne comprenais pas encore que ma vie devait changer, car j'étais endoctriné.
J'ai vécu ma vie dans des orphelinats ou je fut privé de l'amour parental.
A 16 ans j'ai eu un flash, alors que j'étais incroyant et que mon cœur était rempli de haine, cette année de 1986 j'avais un choix; La délinquance ou la voie de la sagesse.
J'ai reçu un flash dans ma tête comme celui d'un appareil photo, j'étais en randonnée en montagne, c'était en Autriche dans Tirol pendant les vacances du mois d'août 1986, je venais d'avoir 16 ans.
J'ai été touché par quelque chose qui me fait penser à un profond amour. Je filais dans la haine et je devenais rebelle avant d'avoir vécu cette expérience.

   

 

 

 

Après les vacances tous les jours en revenant de l'école, il y avait une petite chapelle sur la route des campagnes, je faisais 3 km tous les jours.
Je m'arrêtais et je priais la statue représentée par Marie, je ne connaissais pas Dieu !
Je priais et je pleurais, je lui disais que je voulais connaître Dieu et que je voulais lire la Bible.

 

 

Moi qui faisais souvent des dessins qui représentaient la guerre, voilà que je rêvais de paix pour tous les hommes.

 

 

 

 

 

 

 

     A l'orphelinat où j'étais, je demandais pour rencontré la directrice et elle me recevait. Je lui fit part de ce que j'avais sur le cœur.
Je voulais aller à l'église catholique je ne connaissais rien d'autre. Et en plus le film "la mélodie du bonheur" guidait mon choix vers les catholiques.

 


     Elle me fit part que ça ne l'étonnait pas, mais elle me déconseilla d'aller là.

 

      Elle recevait régulièrement la visite des témoins de Jéhovah et me mis en contact avec eux; elle me dit ensuite de voir. Leur parole avait été convainquante pour moi.

 


     J'ai commencé l'étude et je me suis engagé aux réunions, je faisais du porte à porte et je me fis baptiser. J'avais un coeur sincère et je pense que c'est ça qui à permis que je garde le contact avec Dieu.

 

     Quand je suis parti de l'orphelinat, j'ai voulu connaître la vie de famille et je suis allé chez mon père qui lui allais donc à l'église baptiste.Je ne suis plus allé aux réunions des témoins de Jéhovah, mais seulement la culpabilité et la peur de mourir à Harmaguédon me tenaient liés.

 


     Un jour, j'ai claqué la porte de chez mon père et je suis retourné voir un ancien, je demandais pardon à Jéhovah et je lui faisais part que j'avais besoin d'aide, je voulais revenir à Dieu.

 

 


J'ai fait ça en regardant que Dieu a toujours invité son peuple a revenir à Lui, si "si mon peuple s'humilie, prie et me cherche, je l'exaucerai des cieux"
Quand je suis allé voir l'ancien des témoins de Jéhovah, il a voulu me faire admettre des choses que je n'avais pas fait, je me serais cru dans un bureau de police avec un interrogatoire dissuasif et oppressant. Je n'ai pas eu d'aide, je cherchais à être pardonné par Dieu de mon égarement et je n'ai pas eu le soutiens psychologique désiré de leur part, ils m'ont considéré comme un voleur, un adultère, etc...

 

 

 

 

          Je n'avais qu'une idée en tête quand je suis sorti de cette maison ! Me tuer, car de toute façon je serai mort à Harmaguédon.

 

 

 

 

                     Je ne l'ai pas fait sinon je serai pas ici !!! (rire),

  

     Je me suis dit que ça n'en valait pas la peine car si le pasteur avait raison, je pouvais toujours me raccrocher à lui et c'est ce que je fit. Il me donnait le livre "Lumière sur les témoins de Jéhovah" de Christian Piette. Quand je l'ai lu, je sentit une libération, je ne me sentais plus condamné, les chaînes se sont brisées.

  


     Depuis, j'ai rencontré d'autres témoins de Jéhovah car je n'ai aucune peur de leur parler. Une fois un témoin de Jéhovah qui étais à ma porte fut choqué, car c'était moi qui l'évangélisais, on a parlé 3h et je vis chez
ce jeune que s'il faisait du porte à porte, c'était pour s'en sortir de la drogue. Il ne me l'a pas dit, mais je le ressentais.

 


     Depuis, j'ai fait mon chemin et les textes qui m'ont ouvert les yeux c'est Apocalypse 1.8 et Apocalypse 2:8

 


     Je suis auteur compositeur dans la musique, je sais que le Christ Jésus est vivant et qu'il pardonne nos péchés, il est Dieu. J'ai vécu pas mal de chose avec Dieu, surtout le baptême d'eau et l'Esprit. Je vis la puissance de mon Roi.



     Voila en bref, il y a encore plus de chose à dire mais ce n'est pas en rapport avec les témoins de Jéhovah spécialement. C'est plus basé sur ma vie. Le diable a tenté de nuire à ma vie dés mon plus jeune age, mais Jésus m'a gardé.
Dieu m'a trouvé, je l'ai cherché et il m'a prit sous son aile précieuse
en me protégeant et me donnant l'amour que je n'ai pas eu durant l'enfance car j'étais battu par le mari de mère et celle-ci même.

 

J'aurais pu mourir pour la moitié des choses que j'ai vécu, d'autres enfants ont eu moins de chance que moi. Je fus privé de nourriture, avec les mains liées dans le dos durant la nuit pour ne pas aller dans les armoires. Enfin par la grâce de Dieu on s'est toujours débrouillé pour se nourrir mon frère, ma sœur et moi. C'était l'enfer, un camp de concentration si on peu le dire ainsi c'est vrai !


 

     Mon beau-père a fait de la prison, et nous avons été placés, je ne regrette rien car c'est là que j'ai connu une bonne éducation, c'est assez rare pour le souligner. Je ne soufre pas de mon passé et je suis même heureux car aujourd'hui, je peux comprendre les gens autour de moi et leur apporter une parole de réconfort, ça leur fait du bien après qu'ils aient eu une discutions avec moi.

  

     J'ai pardonné à ma mère et mon beau-père.
Je suis allé habiter à Liège (Belgique) pensant y rester, car ma femme s'était blessée au travail avec une fracture à la rotule, et donc ma mère devait s'occuper de ma femme pendant que j'étais au travail. Mais la relation fille belle-mère à vite tourné au vinaigre, il fallait que je trouve un studio pour notre sûreté.

  

     Je suis resté 8 mois, une fois encore, elle s'est jouée de moi en voulant détruire mon mariage, je lui ai tendu une perche et elle a retourné celle-ci contre moi me maudissant et moi je la bénissais. Ça l'excitait encore plus! J'ai du couper toute relation avec elle afin de préserver mon mariage et ma famille, je fut accusé de pédophilie envers ma fille et grâce à Dieu les services sociaux me connaissaient et sachant les souffrances que j'ai vécu m'ont soutenu.

  

     Mon père "ma mère et mes frères " et mes sœurs sont ceux qui font la volonté du Père qui est dans les cieux, voir Matthieu 12.46-50

  

     J'ai trouvé une grande famille et je bénis Dieu pour cela car il ne ma jamais abandonné, j'étais à Liège durant 8 mois ou ma mère à tout tenté, mais en vain!
Et Dieu m'a fait comprendre que je devais fuir de Liège par un rêve que je fis, ça c'est accomplit comme le rêve l'expliquait. Dieu est bon il ne se lasse pas de nous, Jésus est mon guide, il ma toujours protégé ma famille et moi.

  

     Dieu m'a appelé, j'ai répondu, il a frappé à la porte de mon cœur, je lui ai ouvert, j'ai cherché et je l'ai trouvé. ( Matthieu 6.33 ; Matthieu 7.7-8)

  

     Le plus important dans ma vie, ce n'est pas que j'ai été témoin de Jéhovah, non !!!

  

     Le plus important c'est que J'ai accepté la visitation de mon Sauveur Jésus, je lui ai ouvert la porte et il est entré. Et toutes ces choses que j'ai vécu dans ma vie, sont peu, car après l'épreuve, vient la bénédiction. Job a souffert aussi, il y a une récompense dans le ciel qui m'attend car je n'ai pas renié mon Dieu dans la souffrance.

  

     Soyez Bénis au nom de notre Sauveur Jésus Christ de Nazareth, Il est vainqueur.

  

     Voilà en bref mon petit témoignage.

  

     Roger  :  lui écrire

 

 

 

 

       Ecouter sa musique : 

 

 votez pour ce site   

retour en haut

Voir les commentaires

Publié le par Monique
Publié dans : #témoignages

      Il y a maintenant 11 ans que je suis convertie.

 

      A l'époque, j'étais dans l'ésotérisme et quand on touche à ces choses là, eh bien arrive ce qui doit arriver! on attrape des liens invisibles qui vous oppressent, vous rendent malades, tournent et virent en vous. Un jour vous êtes bien, et le lendemain  vous êtes dépressifs, mal dans votre peau etc...

 

      A ce moment là, j'ai commencé à réfléchir sur l'existence du Bien et du Mal, et je me suis dit  :"si les démons existent : ils font partie du Mal, donc le Bien existe aussi",. j'ai commencé à chercher la face Dieu, mais dans le milieu catholique, et j'avais toujours entendu parler que les prêtres pratiquaient des exorcismes. Je suis allée en voir un qui m'a aiguillé vers le diocèse. Je me suis rendue à Marseille à Notre Dame de la Garde et là, j'ai été reçue par l'un d'entre eux qui m'a lu l'Evangile de Jean. Après j'ai été dirigée vers un prêtre de La Seyne sur mer  etc...

 

     Entre temps, comme je n'étais pas bien enseignée, je me suis dirigée vers des marabouts, des voyants, qui étaient pleins de bonnes volontés certes ! mais aveugles  conducteurs d'aveugles ! et surtout voleurs !

 

     Et moi de mon côté, je me suis mise à CRIER a Dieu, je dis bien CRIER, car j'ai pleuré pendant des mois et des mois, demandant à Dieu Son Aide. J'ai voulu plusieurs fois me suicider, mais Dieu m'a mis sur la route cette amie musulmane qui m'a parlé de son Dieu. tout était confusion en moi : Dieu des musulmans, Dieu des chrétiens (pour moi à l'époque je croyais qu'il n'y avait que les cathos, les protestants étaient inexistants dans ma pensée).

 

     Je CRIAIS tellement à Dieu, qu'un jour de Pâques , je me suis effondrée en pleurs dans le divan, et pendant la messe, j'ai senti qu'il se passait quelque chose, d'un état d'effondrement je me suis relevée en pleine forme. C'était un jour de Pâques !

 

     Et puis plus tard, j'ai lu un livre sur sainte rita, qui, elle, avait trouvé une voie dans un couvent, (elle avait été disons transportée, comme Etienne vers l'eunuque), et elle avait reconnu instantanément l'endroit ou elle pensait que Dieu la voulait

     En lisant cela j'ai dit tout haut : "Seigneur je voudrai que tu me mettes là où tu veux, mais je veux moi aussi reconnaître l'endroit instantanément !".

 

     Quelques semaines plus tard, je me suis cassé le pied, et j'ai eu tout le temps de réfléchir à la question.  Auparavant, j'avais acheté une Bible dans une grande surface, et , cette Bible, je ne la comprenais pas, je suis allée chez un libraire et j'ai acheté une Bible d'occasion, mais en la lisant je ne la comprenait toujours pas !! Alors, le jour oû on m'a déplâtré, j'ai regardé ces Bibles et j'ai dit tout haut :"Seigneur, si tu pouvais me mettre quelqu'un qui puisse m'expliquer cette Bible ça serait gentil"

 

. Mais à l'époque j'avais dit cela avec un soupir !! sans savoir ce que c'était de Prier tout haut ! et sans savoir que les fameuses Bibles que j'avais achetée étaient protestantes Evangéliques toutes les deux ! 

 

     Le lendemain, pour tester mes pieds, je décide d'aller au marché, et voilà qu'en route, je me trompe de rue, et je me dis :" mais pourquoi je suis passée par cette rue?"

 

      Mais ce que je ne savais pas, c'est qu'un peu plus loin, là ou j'allais tourner, il y avait un stand Biblique, et quand j'ai vu les Bibles, mon regard à été attiré, mais je n'ai pas osé m'avancer car qui dit Evangélique dans le monde dit secte. J'avais peur de tomber dans une secte en fait, et je ne pensais pas que le Dieu que je recherchais était le leur.

 

     Le Pasteur a vu mon regard ! et de suite, il m'a accroché, alors toute polie j'ai discuté avec lui (de toute manière je n'aurai pas pû m'en défaire car ça venait de Dieu). En discutant avec lui, il a dit une phrase qui a changé toute la conception que j'avais des Eglises protestantes (ma mère m'avait toujours dit :" oh il ne faut pas croire en eux car il ne croient pas en la vierge marie").

 

     J'ai dit à ce pasteur  :"vous ne croyez pas à la vierge marie". Et lui m'a répondu la petite phrase qui a tout fait basculer :"si nous y croyons, mais nous ne la Prions pas, il faut bien que Jésus soit né de quelqu'un quand même !".

 

     Et cela m'a fait TILT !

 

     Il m'a offert une Bible (et oui, encore une !), et je n'avais pas d'argent sur moi (chose curieuse pour quelqu'un qui va au marché). Et a ce moment précis tout le monde  (parce qu'ils étaient nombreux à évangéliser)à compris, que j'avais été touchée, car je suis retournée chez moi chercher de l'argent pour payer cette Bible.

 

     A partir de ce jour là, j'ai été comme sur un petit nuage.

 

     J'ai téléphoné à une dame et je lui ai demandé si c'était là qu'elle allait ? car elle disait : "que depuis qu'elle y allait, elle était bien, toujours joyeuse, toujours pleine de feu" comme sur un petit nuage. Elle m'a répondu "oui". Alors je lui ai dit :" le pasteur m'a invité  à venir à une réunion jeudi" elle m'a répondu : 'jeudi je ne peux pas mais si vous voulez dimanche après midi c'est à 16 h".

 

     Vous ne me croirez peut être pas mais je comptais les jours pour y aller. je n'avais jamais compté les jours pour aller dans une Eglise auparavant ! J'étais, mais alors, dans un état ! je me sentais comme aspirée vers cette Eglise. Je n'avais pas encore mis les pieds dans cette salle que j'étais toute transformée, toute bizarre en bien.

 

     Quand la chorale à chanté : "honneur au Père, honneur au Fils", j'ai été touchée de plein fouet. Je suis ressortie de là, j'étais convertie dans mon coeur, Dieu avait répondu à ma Prière, j'ai compris de suite que c'était l'endroit ou je devais me trouver.

 

     Le dimanche d'après je suis allée au Culte, et quand j'ai entendu les Prières tout haut, j'ai eu envie de partir en courant, pensant que j'étais tombée sur des fous, mais plus j'avais envie de partir, et plus je restais le derrière collé sur la chaise, je vous assure que ça il faut le vivre ! (je me suis dit là il y a quelque chose qui colle pas, il y a quelque chose de surnaturel). Quand je pensais cela, il y a eu au même moment un Prophétie qui a été dite :"tu viens d'une autre religion, mais c'est moi qui t'ai fait venir ici et je vais te le prouver : ta fille est malade, elle fait de la dépression infantile et je vais te la guérir! ". ALORS LA HEUREUSEMENT QUE J ETAIS ASSISE SUR UNE CHAISE, parce que personne ne me connaissait et personne n'étais au courant pour ma fille.

 

     A la sortie du culte j'en ai parlé au Pasteur et il m'a dit "amenez la moi samedi prochain à l'école du dimanche et je verrai".

 

     J'ai amené Nathie, et , le temps que je discute avec le Pasteur (tout au plus 5 mn), je me retourne, elle avait un sourire éclatant , elle a été définitivement guérie.

 

     Dix jours après je demandais le Baptême mais le Pasteur m'a fait attendre 3 mois, et je n'ai plus jamais quitté le Seigneur, et maintenant je suis heureuse de le Servir.

 

 

Pour revenir en haut cliquez ici :

 

Voir les commentaires

Publié le par Monique
Publié dans : #témoignages

     Un jour, un homme qui devait partir en croisière, se rend chez une voyante pour savoir comment allait se passer son voyage, s'il devait partir ou pas. La voyante lui dit :"ouh là là je vois quelque chose de terrible qui va arriver, il va se passer quelque chose de très très grave  : le bateau va sombrer et vos amis vont se noyer. Il ne faut pas que vous y alliez sinon vous périrez vous aussi".

     Alors le monsieur décide de ne pas partir.

    Quelques temps après, ses amis partent en croisière et lui reste chez lui. Il va prendre son bain et se noie dans son bain au même moment ou ses amis se sont noyés avec le bateau.

     Dieu dans sa Parole interdit d'aller voir des gens qui prédisent l'avenir parce que ça créée des liens occultes invisibles d'une part, et d'autre part le pouvoir de la langue est plus puissant qu'on ne le pense. Quand on parle tout haut les puissances des ténèbres entendent et s'en servent à leur escient, et lorsqu'il s'agit des devins ils s'en servent pour le mal.

 

retour en haut 

Voir les commentaires

1 2 > >>